Un plan d’urgence pour l’agriculture

Le 13 novembre 2008

Michel barnier, Ministre de l’Agriculture, a pris la mesure du désarroi des agriculteurs et des enjeux du secteur pour les années à venir, en annonçant un plan d’urgence de 250 millions d’euros.

Michel Barnier on s’en souvient, était en Corse le 25 août dernier. « Pour écouter, dialoguer, et apprendre » affirmait-il modestement. Cette attitude d’ouverture a été saluée par l’ensemble des acteurs de la Profession, présents, pour une table-ronde sans tabou, à la Préfecture d’Ajaccio : dette, ressource en eau, territoires, problématique foncière, qualité des productions, structuration des filières, tous les thèmes fondamentaux dont la prise en compte conditionne la survie de l’agriculture insulaire ont été abordés. Mais il ne s’était pas contenté d’écouter. Il avait aussi octroyé aux producteurs de clémentine lourdement touchés par les calamités, un million d’euro d’indemnisations supplémentaires, il avait aussi validé le principe d’un accompagnement financier de la SAFER à hauteur des missions et des enjeux du foncier insulaire, il avait aussi approuvé l’initiative de créer un pôle agronomique de pointe à San Giuliano…

Aujourd’hui, Michel Barnier fait la preuve, une fois de plus, de sa capacité à écouter le terrain, en annonçant un plan d’urgence évalué à 250 millions d’euros, pour répondre aux inquiétudes légitimes des agriculteurs, et notamment des jeunes, sur l’avenir de leurs métiers. Aides directes, allègements de charges, mais aussi, pour une répartition plus équitable des revenus engendrés par la vente des produits agricoles, notamment dans les grandes surfaces, le Ministre a annoncé la création d’un observatoire des prix et des marges. À noter que les élevages ovins et caprins sont particulièrement concernés par les mesures exceptionnelles de ce plan d’urgence, parce que particulièrement menacés.

  • _BACKTO
  • Format imprimable
  • Expédier le document par e-mail
  • Sommet de la page

Recherche

Newsletter

Événements