Une mesure spécifique d'aide à la qualité

Le 26 janvier 2009

L'ODARC a présenté une mesure unique en france, la mesure 132 du PDRC, qui permet de compenser les surcoûts générés, pour les agriculteurs, par leur entrée dans un régime de qualité...

Une mesure spécifique d'aide à la qualité

Texte alternatifLes responsables de l'ODARC ont présenté, courant janvier, la mesure 132 du PDRC, une mesure spécifique à la Corse, qui permet une incitation financière particulière pour les producteurs inscrits dans un régime de qualité. Pour cette présentation, ils ont été accueillis par Dumé Casu, castanéiculteur et membre du Conseil d'Administration du Syndicat de défense de l'AOC farine de châtaigne, sur son exploitation à Rapale, au cœur du Nebbiu. Une exploitation qui compte au total 800 pieds de châtaignier, sur deux parcelles, impeccablement rénovés, grâce au travail de Dumè et à la mobilisation, par ce dernier, auprès de l'ODARC, des aides publiques auxquelles il pouvait prétendre.

Les contraintes liées à la qualité

La qualité d'un produit, en particulier si cette qualité est certifiée et contrôlée, le différencie des productions « standard », le valorise et cela contribue à l'amélioration du revenu des producteurs
Les démarches qualité, les cahiers des charges qu'elles impliquent et les contrôles appliqués au respect de ces cahiers des charges, permettent de protéger des savoir-faire ancestraux, et de pérenniser à la fois, des modes de productions et de l'activité, dans des zones rurales parfois très excentrées.

Outre les contraintes techniques, l'entrée dans un régime de qualité s'accompagne de frais supplémentaires (coûts de certification et d’adhésion au dispositif). L'ODARC a souhaité prendre en charge une partie de ces coûts (80%) de façon à inciter les agriculteurs à rejoindre les différentes démarches et les signes de qualité existant. Sachant qu’en moyenne, ces frais s’élèvent à 500 euros par an et par Appellation, les montants éligibles ont été plafonnés à 1500 euros annuels pour tenir compte des exploitants inscrits dans plusieurs filières. Il est ainsi possible d'obtenir 1200 euros d’aide maximum par an (80% de 1500 euros).

5 AOC, 1 IGP et 1 label

Sont éligibles les appellations d'origine (AOC/AOP), les indications géographiques (IGP), les spécialités traditionnelles garanties, l'agriculture biologique, et le label rouge.
Les produits concernés aujourd'hui en Corse : brocciu, vin, farine de châtaigne, miel, huile d'olive (AOC), clémentine (IGP), et tous les produits labellisés AB.

Cette liste sera complétée dès qu'un nouveau signe de qualité sera obtenu. En effet, des travaux dans différentes filières nous permettent d'espérer une reconnaissance prochaine de l'AOC charcuterie de Corse, IGP pruneau, IGP noisette, IGP agneau, IGP cabri, AOC fromage fermier et AOP farine de châtaigne.

 


  • _BACKTO
  • Format imprimable
  • Expédier le document par e-mail
  • Sommet de la page

Recherche

Newsletter

Événements